samedi 30 décembre 2017

Geisha - Arthur Golden

Présentation du livre :

Titre : Geisha
Date de Parution Française : 1999 
Titre original : Memoirs of a Geisha
Date de Parution : 1997
Auteur : Arthur Golden
Traduction : Annie Hamel
Édition : Lattès - Livre de Poche

Résumé :

A neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre Mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir à Kyoto. Dotée d'extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend très vite qu'il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui en fera une vraie geisha.

Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l'amour : Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs. Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale. Elle rencontrera finalement l'amour ...

Ecrit sous forme de mémoires, ce récit a la véracité d'un exceptionnel document et le souffle d'un grand roman. Il nous entraîne au cœur d'un univers exotique où se mêlent érotisme et perversité, cruauté et raffinement, séduction et mystère. 

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Ce que j'en pense :

Ayant beaucoup entendu parlé de ce livre, et du film j'ai voulu me lancer quand j'ai vu ce livre me tendre ses pages. 
Ma première réaction a été plutôt bonne, la seconde un peu moins. 

Je m'explique, la première moitié du livre a été une très bonne surprise. On retrouve donc Sayuri quand elle était enfant (nommée Chiyo en ce temps là). 
Donc dans cette première partie il s'agit de l'enfance de Chiyo avec sa sœur et ses parents. Suite à un drame, Chiyo est donc vendue avec sa sœur. Et pour parfaire ce malheur, les deux filles seront séparées et n'auront pas le même destin. Notre personnage principal sera donc, elle, vendue à une okiya, une maison de plaisir afin de devenir une Geisha. Un apprentissage très long et très difficile. 
On y apprendra énormément de choses sur ce monde, ce mode de vie. Et croyez moi quand je vous dis que la vision que j'avais des Geisha a donc changé. Sachant que ce récit a été écrit d'après des témoignages d'anciennes Geisha, donc les pratiques, traditions, les moindres détails sont vrais. C'est aussi pour ça que j'ai pas mal adoré cette première partie. 

La moitié du livre va donc de l'enfance de Chiyo, à la fin de son apprentissage de Geisha, où elle deviendra Sayuri. Si vous voulez savoir pourquoi elle change de nom je vous invite donc à lire ce livre (ou alors demandez moi je me ferai un plaisir de vous répondre). 

Et là, ça se gâte pour moi, la seconde moitié du livre. Il s'agit de Sayuri adulte et Geisha à part entière. Elle continuera à faire des rencontres qui vont influencer sa vie. De plus c'est une partie où la Seconde Guerre Mondiale à une part très importante dans sa vie. Les conséquences pour Sayuri sont énormes. Elle va devoir partir de son quartier et changer de métier afin de pouvoir survivre. Elle connaîtra beaucoup de difficultés mais restera en vie alors que beaucoup de personnes qu'elle connaissait vont succomber à cette Guerre.
Mais ce qui a ralenti ma lecture, n'était pas lié à ces moments là, mais plutôt à Sayuri en elle même, à ces choix une fois adulte. 
D'un côté je peux comprendre certains choix, devenir la maîtresse de un tel ou ne pas l'être ? Ne pas l'être afin d'avoir l'homme qu'elle désire depuis qu'elle à 14 ans ? Au lieu de dire "non" à un "danna" potentiel (un homme qui paie une fortune pour qu'elle devienne sa maîtresse) elle le repoussera d'une autre façon que je trouve bien plus ignoble, elle qui ne voulait pas perdre l'amitié de cet homme, n'aura plus aucune nouvelle de lui jusqu'à la fin de sa vie et l'aura blessé bien plus qu'un simple "non". 
Des choix réfléchis mais idiots pour ma part. 
Et la fin, et bien comment vous dire cela ? Trop happy end pour moi. Je ne peux pas trop en dire pour ne pas spoiler si jamais vous n'avez ni lu le livre ni vu le film, mais j'ai trouvé ça rapide, trop rapide, et facile. 
Je ne dis pas qu'elle aurait dû finir seule etc mais j'ai trouvé la fin trop rapide à venir, pas assez expliqué.

Le gros point positif, c'est tout de même la narration. Ce livre est très bien écrit, et on ressent comme une certaine sérénité quand Sayuri raconte son histoire. On sent comme un ton posé, fluide. C'est comme si on pouvait l'entendre nous raconter son histoire d'une voix douce, sans élever la voix. J'ai très bien imaginé cette mise en scène là. Les comparaisons sont très bien faites, rien à redire là dessus. Tout comme les descriptions des lieux mais aussi des vêtements, des personnages féminins. On se projette très facilement dans l'histoire. 
Le côté "mémoire" alors que ce récit n'est que fictif est spectaculaire. C'est vrai qu'on oublie que tout est faux tellement c'est bien écrit. Mais ça se repose tellement sur de vrais faits, de réelles traditions qu'inconsciemment on se dit que Sayuri a bel et bien existé, et pour ça je suis vraiment admirative sur la plume de l'auteur.

Le point négatif, je dirais les hommes, qui ont une part importante pourtant dans la vie des Geisha, ne sont pas nécessairement mit en avant. On a bien "Nobu-San" et "Mr Iwamura" mais tous les autres sont assez en retrait, pourtant certains ont vraiment un rôle très important dans la vie de Sayuri, comme le docteur Crab par exemple (Bon je vous avoue que celui là je n'en suis pas fan, il est bizarre et glauque). 

Sinon côté personnages féminin on a plusieurs grandes figures et qui donne des sentiments très différents. 
Hatsumomo qu'on aime détester, on attend toujours de voir quelle méchanceté elle prépare. Pumpkin qu'on aime bien mais avec un petit je ne sais quoi qui ne passe pas. Mameha, qu'on soupçonne de se servir de Sayuri mais qu'on finit par adorer. Granny et Mère qu'on déteste et Tatie qu'on apprécie un peu. 

Donc pour résumer, j'ai apprécié ce livre dans sa globalité avec une réserve sur la fin. Je vous recommande ce livre si vous voulez vous échappez dans un autre mode de vie, totalement différent de la nôtre. 
Vous l'avez déjà lu ? Est-il dans votre wishlist ? 
N'hésitez pas à me faire part de votre point de vue. 

vendredi 10 novembre 2017

Les Ombres du Vieux Carré - Samuel Fessard



Présentation du livre :

Titre : Les Ombres du Vieux Carré
Date de Parution Française : 2017
Auteur : Samuel Fessard
Éditeur : Librinova





  
Résumé :

Dans un quartier cossu de Washington, Nora se réveille un matin, amnésique. Elle ne reconnaît plus personne, pas même son mari Ethan ou ses trois enfants.
A New-York, un chef d'entreprise à qui tout réussit, Owen, vit la même situation : sa femme, sa société, son appartement, tout lui semble étranger.
Désemparés et victimes de rêves étranges, ils cherchent à tout prix quelqu'un capable de comprendre, et de répondre à leurs questions. Owen et Nora font alors connaissance au détour d'un site de chat et décident de s'allier pour résoudre cette énigme, en suivant les indices laissés dans leurs songes.
Parviendront-ils à comprendre ce qu'il leur est arrivé ? Pourront-ils un jour retrouver leurs souvenirs et reprendre le cours de leur vie ?
Une aventure trépidante où se mêlent mystère et sentiments, à lire absolument !


                                                                                  -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Ce que j'en pense :

J'ai vraiment apprécié ce titre. Le résumé m'avait fait un peu de l’œil quand Librinova m'avait proposé de le lire, et je ne regrette pas d'avoir dit oui (merci Anaïs).
En faite, au plus le roman avance dans l'histoire au plus nous avons du fantastique, et je pense que c'est un peu ça qui a fait que j'ai pas mal aimé, mais l'histoire en elle-même aussi était excellente.

Deux personnes qui n'ont aucun souvenir de leur vie passée, seul leur prénom est resté dans leur mémoire. Passé, famille, travail ... Tout est oublié.
Nos deux protagonistes ont en commun une seule chose en plus de leur amnésie), ils font un rêve en commun, ils font même, exactement le même rêve. Et c'est grâce à celui-ci qu'ils vont finir par se rencontrer, au détour d'un chat, mais un chat sur un site parlant d'amnésie.
C'est ensuite que se déroule leur rencontre physique et que tout le reste de leur histoire va suivre.
 Je ne vais pas savoir vous parler d'eux comme je peux le faire pour les autres romans parce que, que dire ? A part une description physique vague, on ne sait pas grand chose sur eux au vu de leur amnésie, et ce que l'on connait d'eux est plus tard dans le récit mais ça aide un peu à savoir pourquoi tout cela se passe. Du moins pour Nora, parce que j'avoue que pour Owen ses raisons sont restées assez flous.
Par contre un des personnages de ce livre était vraiment insupportable ! Pour ne pas la citer il s'agit de Carla. Un être insupportable, qui s’immisce dans tout, et veut avoir ce qu'elle ne peut pas. 

Péripéties, enquête sur le fameux rêve et sur soi, petit voyage. Et c'est pendant leurs recherches que le fantastique va s'installer pour de bon, et c'est tellement bien amené que ça paraît très naturel dans l'histoire. Quand je parle de fantastique je pourrais parler plutôt de surnaturelle, on parle quand même de vaudou.

Alors, non, ce livre n'est pas un grand tournant du genre mais il se lit vraiment très bien, très facilement, on est plongé dedans. C'est un bon livre si on veut penser à autre chose et ne pas se prendre la tête. Rien qu'au titre on se doute où l'on va être amené mais ce n'est pas plus mal non plus, connaître le lieu de l'histoire s'est bien se l'imaginer.


Question plume, ce n'est pas des phrases compliquées, c'est une écriture fluide. C'est la première fois que je lis une œuvre de Samuel Fessard et je lui souhaite de pouvoir continuer ce qu'il fait et de lire autre chose de lui.

Après je ne sais pas si il y a une sorte de petite moral dedans (avoir ce dont on rêve ne fait pas forcément son bonheur) mais je le prend un peu comme ça en lisant ce récit.

Et vous, vous l'avez lu ? Vous en avez envie ? Dites moi ce que vous en pensez.

lundi 6 novembre 2017

Honey Blood Saison 02 - Lee Narae



Présentation du livre :

Titre : Honey Blood
Date de Parution Française : 2017
Titre original : Honey Blood
Date de Parution :
Auteur : Lee Narae
Traduction : Kette Amoruso
Plateforme : Delitoon

Résumé :
 Traitée de sorcière parce que sa mère est chamane, Naerim subit en silence les brimades des autres élèves de sa classe de lycée. Mais une sortie scolaire va tout bouleverser. Involontairement, l’adolescente réveille un vampire et découvre qu’elle le contrôle. Que va-t-elle bien pouvoir en faire ?Consciente du fil invisible qui la relie à Petesch, son vampire familier venu d’Europe, Naerim la jolie apprentie chamane a appris à savourer la docilité de ce serviteur soumis. Qui s’apprête à fêter l’anniversaire de la jeune fille tout en rêvant secrètement de boire son sang, un fantasme pour l’instant inaccessible. Il faut dire que Naerim, sans l’avouer, craque pour la beauté ravageuse du vampire – comme ses copines d’ailleurs, toutes folles de lui ! Mais peut-être faut-il redevenir sérieux, car les dangers menacent. En ville, d’autres vampires, cachés, sont sur la piste de Petesch et Naerim, qu’ils appellent la sorcière…     -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Ce que j'en pense :

J'ai tout simplement adoré cette suite ! Comment vous dire ? Je l'ai dévoré ! en gros je l'ai lu à la suite de la saison 1 sur une seule journée. Je n'ai pas réussi à m'en détacher. 
Les personnages sont toujours aussi attachants, l'histoire est toujours aussi géniale. 
Des choses un peu trop faciles par moment et d'autres que l'on ne voit pas venir. 

On arrive bien à voir l'évolution dans le personnage de Naerim, on sent qu'elle grandit, qu'elle mûrie, même si elle reste une enfant apeurée et pas du tout sûre d'elle, surtout quand ça concerne Petesch et elle-même. D'ailleurs je vais pas vous mentir j'ai eu envie de les secouer l'un et l'autre voir en prendre un pour taper sur l'autre par moment, mais juste parce qu'il leur suffisait de parler pour arranger certaines choses et que ça a mit un temps fou ! 
Bref tout ça pour dire que l'histoire se déroule après le lycée, donc Naerim est diplômée et est devenue apprentie chamane. Elle est mieux dans sa vie et a une bande d'amies. 

Petesch reste Petesch mais on l'aime comme il est. On en sait plus sur son passé, de ce qui le ronge et comment il est redevenu à moitié humain (et oui d'où les yeux vairons). C'est ce même passé auquel il va devoir faire face avec l'aide de Naerim. Et comment ne pas être de tout cœur avec lui ? On le soutient, on veut être à ses côtés afin de vouloir l'aider. 
Et malgré cette ambiance assez sombre, il reste un personnage plein d'humour qui ne manque pas de faire rire. D'ailleurs c'est ce que j'ai bien aimé parce que son humour d'éteint sur Naerim. 

On se doute bien entendu de l'évolution entre les Naerim et Petesch, mais c'est un régale de le voir par nous même. Leurs sentiments grandissent, et ils en prennent conscience petit à petit. Au début ils ne veulent pas l'avouer, trouveront comme des excuses, mais finalement ça les rattrapera. 
Mais c'est aussi des sentiments humains, l'amour et le doute. C'est comme a aussi qu'on voit que Petesch redevient finalement de plus en plus humain. 

Dans cette saison 2, nous rencontrons deux nouveaux personnages importants qui font parti du passé de Petesch, et autant vous dire que ces deux là n'ont rien à voir avec lui, se sont de méchants vampires qui tuent bel et bien des humains, par plaisir et par ennui. 
D'ailleurs ce qui les attends à la fin de cette saison, et de Honey Blood (mon dieu c'est déjà finis alors que j'en voulais encore ! 41 chapitres ne m'ont pas suffit) est tout à fait justifié ! Ils le méritent complétement, l'un comme l'autre. Je vous laisse le loisir d'aller découvrir tout ça. 

Pour le visuel, c'est franchement un régal, je trouve les dessins plus travaillés, vraiment sympa à voir, ce n'est pas trop chargé et pourtant tout y est, j'ai même eu l'impression sur 2/3 dessins de voir comme une photo, c'était bluffant. 

En bref, je vous conseille fortement cette petite histoire toute sympathique et pourtant qui traite de sujets assez sombres, mais en retrouvant toujours des notes d'humour, de l'amour et du fantastique. Le tout très bien mélangé sans tomber dans les excès ni les clichés. A retrouver sur le site delitoon.



samedi 4 novembre 2017

Honey Blood Saison 01 "L'histoire de Shin Naerim" - Lee Narae


Présentation des livres :

Titre : Honey Blood
Date de Parution Française : 2016
Titre original : Honey Blood
Date de Parution : 2014
Auteur : Lee Narae
Traduction : Kette Amoruso
Plateforme : Delitoon

Résumé :

Shin Naerim est une jeune lycéenne martyrisée par ses camarades de classe car sa mère est chamane.
Malgré ses déconvenues, Shin est l'auteur de romans en ligne célèbres dans toute la Corée, qu'elle publie sous une fausse identité.

Un jour lors d'une sortie scolaire, elle réveille malencontreusement un vampire européen.
Elle apprend par la suite de la bouche d'un chasseur de démon, que ce vampire lui est entièrement dévoué corps et âme.
  

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Ce que j'en pense :

J'ai tout de suite été séduite par cette petite BD. Tout d'abord pour l'histoire et les personnages, un peu moins par les dessins, et pourtant on s'y fait assez vite. Au début je les trouver assez brouillons, simplistes, mais par la suite on s'y adapte et on voit l'évolution aussi de l'auteure et dessinatrice.

J'ai adoré l'histoire ! On y rencontre Naerim, toute chétive, malheureuse, persécutée par ses camarades (bon ça 'est pas joyeux vous en conviendrez). Mais c'est aussi "grâce" à cela qu'elle va rencontrer Vlad Petesch, un vampire venu d'Europe (ah oui Naerim est Coréenne).
On s'attache vraiment aux personnages, que se soit Naerim parce qu'on voudrait lui venir en aide et la protéger, et Petesch parce qu'il est amusant, protecteur et très humain.

Lee Narae nous parle dans cette saison (de 44 chapitres pour information), de persécutions que Naerim subit au quotidien dans sa classe. Tout commence par le fait que la mère de la jeune fille est une chamane, ses camarades pensent donc qu'elle l'est également et la rejette, la harcèle. Mais c'est aussi parce que les autres camarades de classe ne lui viennent pas en aide de peur de représailles mais bien également car c'est une fille de chamane.

C'est un sujet très délicat qui est très bien décrit ici. Surtout les répercussions que ça peut avoir sur les personnes qui en souffrent, comme l'idée de suicide. On arrive à vraiment ressentir la détresse de Naerim tout au long de l'histoire. Et je ne vous cache pas que certains passages m'ont réellement fait mal au cœur. J'étais tenue en haleine, je me suis vraiment demandée ce qui allait se passer, comment Lee Narae allait réussir à donner à la scène toute l'angoisse, la détresse, la colère .... tout ces sentiments cumulés, et elle a très bien réussi ce tour de force.
Elle à réussi à me mettre tout ces sentiments dans un ou deux chapitres avec un immense soulagement à la fin. Même si on se sait ce qui va arriver, on est tellement prit dans l'histoire, on est tellement attaché, que l'on est obligé de ressentir tout ça.
Bon je vous avoue que parfois, surtout vers la fin, j'ai voulu secouer un peu Naerim qui me paraît TROP gentille, elle tend la main à celle qui ne le mérite pas. Mais elle m'a fait tellement plaisir quand elle a enfin "répondu" à celle qui lui a causé du tord.

Petesch, lui, est lié à Naerim par un contrat de sang (eh oui ça reste un vampire). Il lui est dévoué pour tout, pour la protéger, mais en contrepartie elle doit lui donner un peu de son sang afin que celui-ci ne soit plus un vampire. Dans l'histoire c'est décrit comme étant un lien maître/esclave.
On pourrait penser que Petesch est là juste pour parvenir à ses fins et par le contrat, mais on voit bien qu'il est très attaché à Naerim et que c'est réciproque.
Ils apprennent à se connaître au fils des pages. On voit Naerim s'affirmer, qui essaie de devenir plus forte sous les conseils de Petesch, et lui se dévoile, même si il garde sous silence certaines choses, mais plus pour protéger Naerim.
Son petit côté foufou est vraiment hilarant, mais cache une grande douleur, c'est aussi pour ça qu'il doit avoir ce lien très fort avec Naerim et qu'il en tombe amoureux (et réciproquement). Il continuera malgré tout son rôle d'esclave et d'animal domestique (d'ailleurs les quelques dessins de lui en chien me font bien rire, surtout une scène avec une niche mais je ne vous en dit pas plus haha).
Et petit plus pour moi, Petesch a les yeux vairons *-* je vous ai déjà dit que j'adorais les yeux vairons ? Non ? Bah j'adore ça !

Donc tout ça pour vous dire que je vais m'atteler à lire la saison 2 qui se trouve également sur la plateforme Delitoon, car la fin de la saison 1 est pleine de surprise !
Car bien sur, quand tout va bien, il faut quelque chose, un bon rebondissement, et là mon dieu quel rebondissement !

lundi 23 octobre 2017

Voyages inattendus - Caetano Janaina







Présentation du livre :

Titre : Voyages Inattendus
Date de Parution Française : 2017
Auteur : Caetano Janaina




  
Résumé :

C’est l’histoire d’Osange, une femme qui hésite entre deux hommes. Ayant toujours été un peu timide, sans être prude non plus, elle demande l’avis d’une de ses amies, Karla.
Suite à un accident, Osange se retrouve à l’hôpital. Viendront-ils la voir ? Tiennent-ils vraiment à elle ?
Le choix sera difficile, car avec eux Osange découvre les multiples facettes des joies charnelles.
D’un côté, Eduardo : pétillant brésilien adepte de la capoeira, qui boit les paroles d’Osange.
De l’autre côté : Gustav, mystérieux homme cultivé qui semble se jouer d’elle.
Que cache l’exubérance d’Eduardo ? Et la retenue de Gustav ?
Osange va peu à peu dévoiler à Karla l’étrange manière dont elle a fait la connaissance de ses deux amants.

                                                                                  -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


                                                                                            Ce que j'en pense :

Les lectures érotiques ne font pas partis de mes lectures principales, ici j'ai pu découvrir un côté pudique de l'érotisme. Je m'explique parce que bon pudique et érotisme ..... En gros il n'y a rien de bien vulgaire dans ce récit, rien n'est totalement expliqué, quelques indications histoire d'emmener le lecteur dans son imagination, et aller plus loin que ce qu'il y a d'écrit. C'est plus la sensualité qui est décrite que la sexualité des actes.

Bon par contre je ne peux pas dire que j'ai beaucoup accroché à cette histoire, pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que je n'ai pas réussi à me mettre à la place d'un des personnages, ni d'Osange, ni Gustav, ni Eduardo. J'aurai pu, par certains côté me mettre dans la peau de Osange mais je n'ai pas réussi car je n'ai jamais connu de situation pareil, hésiter entre deux hommes que tout oppose, qui choisir ? Comment ? Comment les confronter ? Et surtout, choisir sans regretter par la suite.

Il y a tout de même du positif dans ce récit, la façon d'écrire est vraiment fluide, et tout se lit plutôt facilement. J'avais lu 60% des 111 pages en très peu de temps.
Je pense que ce qu'il manque, se sont des descriptions, je veux dire, avoir plus de détails sur comment sont les personnages, des descriptions sur les paysages, où ils se trouvent.
On voyage, on est à Paris, au Brésil puis à Venise, et je pense que plus de détails sur les lieux nous ferait rêver un peu plus, surtout si les deux amants de Osange en valent le coup.

Le point de vue du livre est celui de Osange, qui raconte donc à son amie Karla, comment elle a rencontré ces deux hommes, ce qu'elle aime chez eux (ou non), mais surtout le dilemme qui la tenaille.
On peut tout de même retrouver dans certains passages, les sentiments et pensées de Eduardo et de Gustav, ce que je trouve pas mal par moment.

On y découvre une Osange romantique, qui veut trouver l'homme de sa vie.
Gustav qui est un collègue d'Osange, un homme cultivé, artiste et qui a de la conversation mais qui est aussi quelqu'un de manipulateur, menteur et joueur.
Eduardo, que j'ai trouvé légèrement plus en retrait, qui est une rencontre faite au Brésil lors d'un séjour scolaire, un sauveur, un danseur, un charmeur, et Osange qui est en couple avec Gustav se laisse séduire et passe à l'acte avec Eduardo mais ne s'en veut pas plus que ça.

Et franchement là où j'ai été la plus étonnée, c'est bien par la fin de l'histoire, par le choix que fait Osange (non non bande de petits malins, je ne vous dirais pas qui elle choisi sinon c'est bien trop facile). L'auteur a donc réussi ce petit coup de m'étonner à la toute fin, même si après coup je la trouve un peu trop facile, ou trop rapide, peut être bien trop rapide. C'est peut être là que j'aurai aimé connaître la pensée des deux personnages masculins de cette histoire.

En bref, un récit qui ne fait pas partie de ce que j'ai l'habitude de lire, mais que j'ai lu, malgré tout, avec plaisir. J'ai bien aimé la plume de l'auteur, et je pense qu'en retravaillant deux ou trois petites choses, en étoffant par ci par là, c'est un récit qui pourrait très bien plaire aux adeptes du genre.

dimanche 22 octobre 2017

Your Name (Tomes 1 à 3) - Makoto Shinkai & Ranmaru Kotone



Présentation des livres :

Titre :Your Name
Date de Parution Française : 2017
Titre original : Your Name
Date de Parution : 2016
Scénario : Makoto Shinkai
Dessin : Ranmaru Kotone
Traduction : Shoko Takahashi
Adaptation graphique : Gérard Nicolas
Édition :Pika Edition

Résumé :


 Taki est Mitsuha, et Mitsuha est Taki. Le lycéen tokyoïte et la jeune fille de la campagne échangent mystérieusement, à plusieurs reprises, leurs corps durant leur sommeil, et vivent chacun la vie de l’autre. Voici l’histoire de deux destins entremêlés qui défient l’espace et le temps, dans laquelle la tragédie se mêle à la romance…  

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Ce que j'en pense :

Que dire ? J'ai adoré ces trois tomes. J'avais déjà adoré le film animation et le retrouver retranscrit en manga a été une joie pour moi.
Ce n'est pas un remake ou une suite, il s'agit bien du film en lui même, rien ne manque pour moi.

Ok vous allez me dire que l'histoire n'a rien d'exceptionnelle, oui je vous accorde que ce genre d'histoire c'est pas nouveau, l'échange de corps entre deux personnes, sauf que là ... Je ne sais pas comment vous expliquer ça, on vit quand même avec eux, on ressent leurs émotions, on rigole avec eux, on rigole même d'eux.
Certaines scènes sont vraiment marrantes, c'est vrai ! Vous imaginez si un garçon se retrouver dans le corps d'une fille ce qu'il ferait ? Eh bien c'est exactement ce que vous êtes en train de penser ! Il se toucherai "la" poitrine, et le voir a été un grand moment (bon pour sa défense, la toute première fois, Taki pensait être en plein rêve, les autres fois c'est moins défendable haha).

On pourrait penser qu'en dessin on n'arriverai pas à reconnaître l'un dans le corps de l'autre, mais pas du tout. Quand Mitsuha est Taki, le corps du garçon est plus féminin, dans la parole, dans la gestuelle, alors que à l'inverse quand Taki est Mitsuha, celui-ci ne respecte pas du tout les codes (il ne sait pas se tenir convenablement, ne sait pas se coiffer), et sa façon de parler n'est pas féminine.
On arrive donc très bien à les différencier, c'est pourquoi nous arrivons très bien à suivre l'histoire.

Ce que j'ai apprécié c'est aussi la relation qu'ils créaient entre eux, au début c'est assez difficile mais petit à petit on ressent le besoin qu'ils ont l'un pour l'autre. Quand ils retrouvent leur vie respective, ils ressentent comme un vide et quand l'échange de corps est interrompu d'un coup, c'est un drame.
Et alors que tout semble les séparer (leur vie, l'espace/temps), ils font tout pour se trouver, du début jusqu'à la fin !
Alors pourquoi interrompre cet échange ? Ça je ne peux pas vous le dire, car si vous n'avez pas lu ou vu l'anime, je vous ferais un gros SPOIL, mais c'est bien tout le cœur de l'histoire, sans quoi tout cela ne serai jamais arrivé.

En outre de l'histoire, cette fois, il s'agit aussi du dessin.
Les traits sont bien fluides, beaucoup moins chargés que dans le film, mais c'est peut être pas si mal comme ça.
Je veux dire par là, que les personnages sont très complets, ça ne fait aucun doute là dessus, mais quand ils sont là, le paysage est plus sobrement dessiné, du coup on est plus concentré sur Mitsuha et Taki, par leur histoire. Après si vous souhaitez voir plus de détail rien ne vous empêche d'aller voir le film ;-).

En gros, cette histoire est un véritable petit coup de cœur pour ma part. Les dessins, l'histoire, les personnages, les différences de cultures au sein même du Japon (oui je suis une fan du Japon exactement).
C'est une histoire vraiment émouvante, qui ne laisse pas indifférent.
Je vous conseille soit de lire les manga, soit de voir le film, voir les deux après tout.
Je sais qu'il existe aussi un roman de cette histoire si jamais vous n'êtes pas fan de manga ou film d'animation.
A vous de choisir et de vous faire votre propre idée dessus.

dimanche 27 août 2017

Enchantement : La pierre de lune - tome 1 - Evelyne Contant


Présentation du livre :

Titre : Enchantement : La pierre de lune - tome 1
Date de Parution Française : 2015
Auteur : Evelyne Contant

Résumé :

La peur, l’amour…la trahison, c’est ce que je ressens à propos de ma nouvelle vie. Une vie que je n’ai jamais souhaitée, du moins, pas de cette façon.
J’ai certainement rêvé d’aventure et d’émotions, de m’évader de ma vie plutôt ordinaire… mais rien de tout cela ne pouvait me préparer à ce qui s’est produit comme un bingbang dans ma normalité…
Une sorcière, une vraie, m’a annoncé qu’en réalité, je ne suis pas une humaine! Moi, Lou Mills, je suis une magique, comme elle! Il paraît que je suis la clé d’une prophétie ancienne et que je dois sauver le monde d’une guerre imminente entre les humains et les magiques. Ce qu’elle attend de moi ne répond à aucune logique, en fait, rien ne semble avoir de sens depuis que je l’ai rencontrée.
Et puis, il y a cet homme… sombre et mystérieux… mais tellement attirant…Si au moins je pouvais l’oublier. La dualité est la balance qui équilibre ce monde, le blanc pour le noir, le bon pour le mauvais, l’amour pour la haine… et je le hais autant que je l’aime.
Suis-je la personne qu’ils attendent? De quel côté vais-je combattre, lorsque la guerre éclatera? Comment choisir entre ma famille… ou le peuple auquel j’appartiens?  


                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :

Quelle agréable surprise. Ce livre me faisait de l’œil depuis un bon bout de temps et j'ai finalement craqué, et comment vous dire que je ne regrette absolument pas.
Que ce soit par sa couverture que par son contenu.

J'ai adoré, on rentre dans l'univers de l'auteure, avec des magiques (et non pas sorciers s'il vous plaît), des humains, des créatures surnaturelles, mais bien connus de tous (farfadets, yeti, big foot, chevaux ailés ...), le tout plongé et mélangé avec la mythologie grecque. Et un mélange qui fonctionne plutôt bien si vous voulez mon avis.

L'histoire se passe du point de vue de Lou Mills, une magique refoulée, élevée par des humains. Elle fera la rencontre d'une "ancienne" magique qui lui révélera sa vraie nature. Je trouve ça génial d'avoir ce point de vue là, car nous découvrons le monde de la magie en même temps que Lou, on est impressionné, on les envie, on a peur avec elle. On découvre aussi que quand on est magique, il vaut mieux être gourmand parce qu'ils se nourrissent à 90 % voir plus ........ de sucreries ! Donc peut-être que nos envies de sucre sont en fait nos pouvoirs ! Allez savoir !
Bref, après avoir su pour sa nature de magique, Lou s'en va dans l'Académie pour devenir une guerrière, tout ça dans un laps de temps court : 2 semaines, c'est qu'ils sont rapides.

J'ai adoré la classification qu'Evelyne Contant à fait des "magiques", qui sont classés en 5 catégories : la Terre, l'Air, le Feu, l'Eau et le plus rare, l’Éther. Chaque groupe se voit doté de pouvoirs particuliers, avec un don principal et un don secondaire, plus au moins impressionnant selon les individus, mais ça je vous laisse découvrir lesquels.
Par contre mon petit bémol serait ici, Lou qui est novice dans la magie réussi tout pratiquement du premier coup, je sais que par sa catégorie elle est hyper forte mais, à ce point-là ...  Elle bat même sa prof ...

Question personnage, j'aime bien Lou, elle adore lire, elle n'est pas bête, mais j'ai l'impression que des fois elle pourrait prendre un peu la grosse tête. Mais elle est à la fois forte et fragile, naïve. Elle fait confiance aux gens malgré les avertissements qu'on lui donne. Mais après tout à qui faire confiance surtout avec un énorme secret comme le sien ? Qui gardera son secret ? Qui est prêt à tout pour la protéger ? À Zach, l'humain qui lui rappelle son ancienne vie, et qui est également son professeur de combat et ami ? Ou à Black, le mystérieux et inaccessible magique qui l'attire sur plus d'un point ?

On y retrouve également toute une palette de personnages haut en couleur, Flicka qui va devenir l'amie de Lou avant même d'entrée à l'Académie et qui met un point d'honneur à être la styliste personnelle de notre personnage principal, avec un don secondaire que j'adore ! Et une bonne humeur et un enthousiasme contagieux.
Pax, un peu trop en retrait, j'espère tellement en apprendre plus sur lui sur le prochain tome.
Eloï (j'adore ce prénom !) et son frère Pyros (lui avec un nom pareil ne peux avoir qu'un pouvoir n'est-ce pas ? J'adore *-*) les marginaux, qui détestent les humains, mais qui ont une assez bonne raison à ça. Ils sont très soudés l'un avec l'autre surtout Eloï avec son frère.
Charles et Gertrude, qui vont aider Lou à se faire à cette nouvelle vie, eux, sont des magiques confirmés.
Je vais reparler un tout petit peu de Black, qui cache sa vraie identité aux autres magiques, mais va tout révéler à Lou. On l'aime, on le déteste, un peu comme Lou à vrai dire. Ce personnage au premier abord cynique, méchant, n'est pas attirant du tout, mais au fil des pages, on se laisse attendrir, surtout quand on commence à voir son vrai lui, pas celui qu'il montre en public. Et plus on apprend à le connaître, au plus on l'adore.

En tout cas, après avoir lu ce premier tome, j'ai hâte de découvrir la suite de l'histoire.
Je ne sais pas pour vous, mais, mon petit conseil c'est : craquez pour ce livre, vous verrez, simple à lire, une bonne plume, et on est conquis.

mardi 15 août 2017

Génération K² - Marine Carteron


Présentation du livre :
Titre : Génération K²
Date de Parution Française : 2017
Auteur : Marine Carteron
Édition : Rouergue

Résumé :
 
Ils sont trois : Kassandre, Mina et Georges.
Une mutation génétique en a fait des êtres uniques.
Toujours traqués pour leurs redoutables pouvoirs, leur dernière chance est de trouver le quatrième Génophore.
Mais bientôt le Maître va se réveiller.
Et sa colère est grande. 

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :

Voici le deuxième tome de la trilogie "Génération K", vous pouvez retrouver mon avis sur le tome 1 ICI
Pour ce qui est de ce deuxième tome, il est bien différent du premier.
Comme vous avez put le constater, je n'avais pas tellement accroché au premier, que c'était une mise en route pour les tomes d'après, et c'est effectivement le cas. Ce tome a plus d'actions, il se déroule plus de choses et on connaît un peu plus sur le passé des quatre Génophores, qui ils sont actuellement, et qui ils étaient dans leurs vies antérieures.
On ne sait pas encore qui est le Maître, du moins pas en profondeur, ni ce qu'il souhaite réellement, et je pense que le tome 3 qui paraîtra au mois d'octobre, répondra à ces questions.
Alors non, ce livre n'est pas un coup de cœur, mais il relève fortement le niveau du tome 1 et j'espère que la suite sera encore meilleure.

Franchement, pour le coup, même la couverture parle directement de l'histoire, et ici, c'est du Maître qui a besoin de sang. Un vampire ? Je ne pense pas, même si Marine Carteron en parle à un moment en le comparant avec humour à Dracula grâce à la vision d'Enki, l'un des quatre Génophore. Mais aussi de Kassandre, Mina, Georges et Enki (les quatre flots de sang).

Cet opus commence là où se termine le premier. Donc on retrouve Kassandre, Georges et Mina ensemble prêt à fuir et à se cacher du camp adverse (Les enfants d'Enoch).
On y rencontrera Enki, qui nous donnera aussi son point de vue. Il faut savoir qu'à chaque changement de chapitre, nous avons le droit à un point de vue différent. Ca donne un plus à cette histoire je trouve, car elle enrichie le tout, on comprend plus de choses, on vit avec eux leurs épreuves, et on comprend pourquoi l'un prend telle décision alors que l'autre ne veut pas suivre.
Ce livre est tellement plus sombre que le premier, il se passe des choses qui feraient froid dans le dos. Les Enfants d'Enoch, sont prêts à tout pour parvenir à leur fin, surtout le père de Kassandre, prêt à sacrifier sa propre famille pour avoir ce qu'il veut. 

Pour en revenir aux personnages principaux, j'ai encore un peu de mal avec Kassandre (Ka), elle est moins stéréotypée que dans le premier, mais quelque chose me gêne encore, du moins au début, vers la fin du livre je l'aimais déjà mieux.
Georges est toujours celui qui est énervé, qui a peur de son pouvoir, mais qui va essayer de le dompter.
Mina, qui est un personnage très effacé, restera toujours dans cette position, mais se révélera aussi intelligente, loyale et forte.
Enki est donc le nouveau personnage, je ne peux pas dire qu'il m'ait fait grande impression, son pouvoir par contre est sûrement celui que j'ai préféré par rapport aux autres, je vous laisse découvrir quel est celui-ci.
Le Maître, on en sait un peu plus sur lui grâce aux vies antérieures des Génophores avec des flash-back. Gentil ? Méchant ? Que veut-il réellement ? Sauver l'humanité ou la détruire ? Encore beaucoup de questions sur lui, mais qui je pense, trouveront réponses dans le dernier tome de cette trilogie.

Ce que j'aime bien aussi ce sont les messages que l'auteure fait passer (enfin je pense), comme le fait de faire attention à la Planète : "Cette planète que vous deviez fouler avec respect, que lui faites-vous subir ?"

Alors autant le premier opus, je ne l'avais pas recommandé, autant celui-là, je pourrais vous dire "pourquoi pas" il est pas si mal et se lit bien plus vite et facilement grâce aux rebondissements, aux actions et aux révélations.
La suite au prochain tome ? On en parle quand vous le souhaitez.

vendredi 4 août 2017

Pamphlet contre un vampire - Sophie Jomain


Présentation du livre :

Titre : Pamphlet contre un vampire
Date de Parution Française : 2012
Auteur : Sophie Jomain
Édition : France Loisir

Résumé :

S’il y a bien un truc qui m’agace, ce sont les romans à l’eau de rose sauce vampire. Mais qu’ont-elles, à la fin, ces amoureuses de Dracula d’opérette ? Ça ne tourne vraiment pas rond chez elles et ça commence à bien faire ; il est grand temps de rétablir la vérité : les vampires n’existent pas. Comment ça, « et s’ils existent ? » ? Eh bien, s’ils existent, je vais m’occuper de leur refaire le portrait, ça changera ! Je vais jeter sur mon blog un pamphlet ; un pamphlet contre les vampires. Et si, par le plus grand des hasards, un certain Hugo Rivoire – un garçon aussi mignon qu’effrayant – décide de me faire fermer mon clapet, il trouvera à qui parler ! Parfaitement ! Sauf que mon petit doigt me dit que je risque de le regretter… 

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :

Je ne vous ai jamais caché que j'adore Sophie Jomain ! Vous ne le saviez pas ? Mince, mais maintenant vous êtes au courant.
Du coup, je me suis essayée à lire "Pamphlet contre un vampire", et moi qui adore les vampires, j'ai été bien servi.
Ce livre est drôle, mais vraiment, je vous assure, j'ai rigolé plus d'une fois, surtout avec les idées qu'on se fait sur les vampires et Satine arrive avec son pamphlet et se moque de tout ça (par exemple avec des vampires édentés ?). "Si le vampire ne boit que du sang, pourquoi aurait-il besoin de toute la panoplie ? (Car il les a toutes, apparemment.) Deux crocs suffiraient, non ? Ah oui, je sais ! C’est parce qu’il est un grand séducteur, paraît-il, et être édenté, ce n’est quand même pas très séduisant, justement". Et chose étonnante .... j'ai adoré Satine, le personnage principal féminin, oui moi qui trouve les filles fades, et qui ai envie de les claquer la plupart du temps, là je l'ai bien aimé, surtout dans certains passages avec ses pulsions .... meurtrières, je vais vous en parler un peu plus bas ne vous inquiétez pas.

Un livre comme on les aime, un livre qu'on lit en très peu de temps tellement on est absorbé par le récit. Il y a de tout, de l'humour, de l'action, de la romance, de l'auto dérision.
Et oui, Sophie Jomain se moque du style littéraire de romance vampirique, tout mollasson et écœurant avec des vampires pas méchants pour un sous (sorry I'm not sorry) et des nanas toutes guimauves qui sont éperdument amoureuses de ces types là. Et pourtant, on retrouve tout ça dans ce livre (bon, sauf pour les vampires, y a des cinglés de vampires dans celui-là).

Mais ça change ! Comment ? Eh bien Satine, elle est marrante, elle a un fichu caractère bien trempé, ne se laisse absolument pas faire, et mon dieu merci Sophie ! Elle ne se change pas en guimauve toute ramollie pour Hugo ! C'est ça que j'ai adoré ! Elle reste elle-même du début à la fin ! Elle passe forcément par des moments de doutes, de laisser aller, mais au final elle reste elle-même, avec ce petit côté fragile que l'on aperçoit mais, qu'elle tente de cacher.
Oh et elle dit les choses aussi. C'est elle qui a écrit le fameux pamphlet, pour aider sa meilleure amie qui est tombée sous le charme des vampire à la Edward Cullen, et elle ne se gêne pas pour dire de son amie qu'elle est idiote et lui remet les idées en place quand il le faut, elle nous ôterait les mots de la bouche. Parce que sa meilleure amie Carla, mais ... C'est le stéréotype dénoncé justement, la fille en transe dès qu'on lui parle vampire, qui veut être avec un vampire, mais qui aime le coté "brillant" du vampire si vous voyez ce que je veux dire. Elle m'a énervée plus d'une fois. Mais heureusement que par moment elle était là.
 Le seul bémol pour Satine, serait peut-être sa peur de danser depuis qu'elle a eu son accident, j'avais envie de l'attraper et de la secouer un bon coup !

Hugo, que dire ? On devine tout de suite qui il est. Malgré le fait qu'il soit amoureux de Satine, et qu'elle le soit en retour, il est un personnage de second plan. Il a un mauvais caractère aussi, et il est têtu, mais vous n'imaginez pas à quel point. Mystérieux aussi, mais pour la bonne cause, à vous de voir pourquoi en lisant ce livre, LISEZ LE ! (s'il vous plaît ?)

Ah oui, c'est vrai, je vous parlais des pulsions meurtrières de Satine par moment que je trouvais drôle. Je vous avoue que parfois, j'ai eu l'impression que c'étaient un peu mes pensées sur le papier (ne me prenez pas pour une folle s'il vous plaît, c'est seulement quand quelque chose m'énerve atrocement). Juste pour le fun, je vous mets la réplique que j'ai préféré
"Même un adolescent aussi stupide et malveillant qu’Éric ne méritait pas de mourir. À part de mes mains, avec une hachette..."

Alors oui, c'est vrai, il y a des choses qu'on voit venir, mais ça n'enlève rien à la dynamique de l'histoire et ni le plaisir de la lire. Je ne peux que vous conseiller de lire ce petit bijou.
Un petit plus qui m'a fait doucement sourire, le blog de Satine Müller existe réellement sur skyblog. Et oui comme quoi Sophie Jomain ne fait pas les choses à moitié ! Il y a pas mal de travail derrière ce livre et je ne peux que la féliciter pour cela.

Vous l'avez déjà lu ? Dans votre PAL ? Envie de le lire ? Dites moi tout.

Bonne lecture,

dimanche 30 juillet 2017

Le secret de Térabithia - Katherine Paterson


Présentation du livre :

Titre : Le royaume de la rivière / Le secret de Térabithia
Date de Parution Française : 1985 / 1992 / 2007 et 2008
Titre original : Bridge to Terabithia
Date de Parution : 1977
Auteur : Katherine Paterson
Traduction : Caroline Westberg
Édition : Éditions de l'amitié / Cascade / Hachette / Livre de Poche Jeunesse

Résumé :

Jess a un rêve : devenir le plus grand sprinter du collège. A la rentrée des classes, une nouvelle élève, Leslie, le bat à la course. Plutôt que d'en ressentir de la colère, Jess est intrigué par cette fille pas comme les autres, qui semble ne pas craindre les plus grands, et assume sa marginalité. Très vite, ils deviennent amis, et s'inventent un royaume imaginaire dans la forêt : le royaume de Térabithia, dont ils sont le roi et la reine.

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :

Alors il s'agit d'un livre pour enfant, je l'ai pris par curiosité par rapport au film que je voulais aussi voir. Du coup, j'ai lu le livre hier et ce matin et j'ai enchaîné avec le film cet après-midi.
Le livre est super, un peu rapide par moment, pas assez décrit, mais comme il s'agit d'un livre pour jeune (à partir du collège apparemment même si pour moi des primaires matures pourraient le lire) je pense que l'absence de description pour le monde imaginaire de Leslie et de Jess est fait exprès afin que le lecteur puisse imaginer son propre Térabithia.

Pour avoir donc vu le film, il est très bien réalisé, tout y est ! Je le trouve tellement plus fourni que le livre, les émotions sont plus fortes pour moi. C'est bien l'une des seules fois où je pense dire que j'ai préféré l'adaptation cinématographique à l’œuvre littéraire, mais ça ne concerne que moi. En tout cas, je vous conseille de voir ce film, il en vaut la peine.

Pour en revenir au livre, il traite de plusieurs sujets ; De l'amitié, de la vie, de la mort, de comment échapper à sa vie, aux rêves ... C'est beaucoup de sujets pour un livre de 189 pages et pourtant tout est clair, tout est abordé de façon ordonnée et fluide.

Les personnages principaux sont très différents l'un de l'autre.
Leslie, elle, est rayonnante, plein de vie, à l'imagination débordante. Elle est fille unique et ne manque de rien. Marginale dans le sens où elle ne s'habille pas de la même façon que les autres filles dans cette petite ville de campagne : pas de robes, pas de froufrou, et n'est pas du genre à se laisser faire.
Jess, lui, est timide, refermé sur lui-même, n'a pas confiance en lui, et un très bon dessinateur mais qui ne montre ses œuvres qu'à sa professeur de musique. Il est le seul garçon d'une famille de 5 enfants, et ses parents n'ont pas beaucoup d'argent, il doit même faire bien plus de tâches ménagères que ses sœurs (aller traire Miss Bessie, par exemple).
Tout oppose ses deux enfants et pourtant, c'est leur imagination, l'envie d'échapper à tout ça qui les rapproche. Ils vont créer un monde bien à eux, Térabithia. On a tous inventé son propre monde, et je pense que c'est pour ça qu'on arrive à imaginer le leur, comme si c'était le nôtre.
Je regrette quand même le fait que les créatures ne soient pas plus décrites, je sais, je me répète, mais c'est vrai que ça manque, c'est là que le film peut aider.

Outre ces moments de bonheur, une tragédie arrive. Et c'est ce moment-là qui me gêne. Pas que l'histoire en pâtisse, non, justement, c'est aussi un peu le but, mais j'ai trouvé que ce sujet était traité avec brutalité. Comment dire ça, la nouvelle est annoncé par l'une des sœurs de Jess de façon vraiment brutale, comme si elle n'avait réellement aucun cœur, aucune émotion à l'annoncer. Du coup, il n'y a tellement pas de formes que je n'ai pas ressenti quoique se soit, c'est ça qui m'a vraiment dérangée. C'est peut-être fait exprès parce que ça arrive si soudainement que c'est un choc, mais c'est dommage, l'émotion manque pour le lecteur.

C'est un petit livre qui pourrait sûrement plaire aux grands enfants.

samedi 29 juillet 2017

Qui es-tu Alaska ? - John Green

Présentation du livre :

Titre : Qui es-tu Alaska ?
Date de Parution Française : 2007 et 2011
Titre original : Looking for Alaska
Date de Parution : 2005
Auteur : John Geen
Traduction : Catherine Gibert
Édition : Gallimard Jeunesse (Pôle fiction)

Résumé :

Miles Halter a seize ans mais n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il quitte le cocon familial pour le campus universitaire : ce sera le lieu de tous les possibles, de toutes les premières fois. Et de sa rencontre avec Alaska. La troublante, l'insaisissable Alaska Young, insoumise et fascinante.

Amitié fortes, amour, transgression, quête de sens : un roman qui fait rire, et fondre en larmes l'instant d'après ...

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :
La claque ! En fait, ce livre m'a tellement foutu une claque que je ne sais pas quoi en dire.
Je l'ai terminé et j'écris la chronique deux heures après, donc vraiment à chaud.

J'ai adoré, quoi dire d'autres ? Tous les personnages de ce livre sont humains, on s'y attache, on s'y retrouve.
Ce sont tous des adolescents (à part les parents, les profs et l'Aigle - le proviseur - mais qui sont plus des personnages en arrière-plan dans ce livre). Donc oui, ce sont des ados mais on se retrouve en eux, qui oserait dire que l'on a pas ressenti tout ça dans notre vie ?

John Green a réussi le tour de se mettre dans la peau d'un ado, chose qu'une fois adulte, on oublie assez vite, les sentiments, les émotions, tout est là. J'ai adoré sa façon d'écrire, c'est le premier livre de John Green que je lis et croyez moi ça ne sera certainement pas le dernier !
Alors oui, c'est vrai, il ne se passe pas non plus grand chose, mais c'est tellement bien écrit, on est tellement attachés aux personnages qu'on veut découvrir ce que le décompte des jours cache, et même si on voit venir le truc, on ne veut pas y croire et on continue de lire.
J'aurai peut-être juste un bémol sur la fin qui me laisse un peu perplexe et sur ma faim, la dissert de Miles est là pour conclure ce qu'il ressent, mais ... j'ai trouvé ça un peu léger pour ma part. 

Bon, revenons à ce livre et à ses personnages, j'ai l'impression de les connaître, ou de m'y retrouver, mais réellement ! On regarde dans la vie de ces ados, de ces amis à travers les yeux de Miles Halter. Nouveau venu à Culver Creek, en pensionnat, il se retrouve dans la même chambre que "Le Colonel" ou Chip pour les moins intimes, Miles et lui deviennent donc amis et Miles va rejoindre le groupe d'amis qui comporte, Le Colonel, Takumi et Alaska (et plus tard Lara).
C'est donc à travers lui que l'on va vivre l'histoire -136 jours avant - jusqu'à -136 jours après -.
Avant et après quoi allez-vous me demander ? Eh bien, je ne peux pas vous le dire, sinon c'est comme si je SPOILAIS, bon aller avant et après un événement bien particulier qui vont changer leurs vies.
On pourra y voir des rapprochements, des questions, des recherches sur soi et sur les autres, les peurs, et les blagues, et oui, ils restent des ados qui font des farces, vont se venger, font des soirées ...

Certains passages sont vraiment drôles. J'ai plus rigolé que pleuré durant ma lecture, mais vraiment, certaines scènes sont à mourir de rire ! Le premier rencard de Miles, par exemple, et le meilleur pour moi, la dernière blague qu'Alaska a mit au point dans le livre !

Mais je m'égare, excusez moi, mais je vous l'ai dis, ce livre est une claque monumentale ! Il m'a retourné !

Bref, Miles, qui n'a pas d'amis là où il était avant, décide de partir à la recherche du "Grand Peut Être" de la vie, va t-il le trouver ? À vous de voir en lisant ce livre que je ne peux que conseiller ! Sa vie va donc changer en arrivant à Culver Creek, il va s'ouvrir aux autres (merci le Colonel pour ça), qui est grand et maigre (ce qui lui vaut le beau surnom de Le Gros), qui va prendre goût à la vie, à avoir de l'humour. Comme quoi il suffit de connaître les bonnes personnes pour se découvrir soi-même.

Chip, dit Le Colonel, ce surnom, il le doit à son esprit affûté quand il met en place des stratégies pour les blagues et canulars envers ses camarades Les Weekenders, les élèves riches du pensionnat qui rentrent chez eux le week-end et qu'il n'apprécie pas.
Chip, lui est à Culver Creek grâce à une bourse d'études, il est très intelligent, mais vraiment déconneur. Et il est une part très importante de l'histoire et de la vie de Miles. Je ne sais pas ce qu'ils deviennent une fois les études finies, mais j'aime à penser qu'ils sont restés très proches, vous me direz vos avis si vous l'avez lu ou quand vous l'aurez lu.

Alaska, que dire d'Alaska ? C'est une fille, qui a vécu quelque chose de tragique quand elle était enfant, la mort de sa mère. Et à cause de cela et d'un livre, elle se pose une question sur sa vie, "Comment sortir de son labyrinthe de souffrance ?". C'est une question que l'on peut nous-même, nous poser.
Mais Alaska a comme une double personnalité, elle peut être très vive, très enjouée et l'instant d'après piquer une crise et être dévastée.
Une citation du livre la qualifie tellement bien pour la décrire que je vous la mets "Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, j'étais de la bruine et elle, un ouragan."

Takumi et Lara font partis de la bande mais, il est vrai qu'ils sont plus en retrait. Mais ils sont une part intégrante des blagues et vengeances mit sur pied par le groupe. Et sans eux, rien ne serait pareil.
On sent vraiment les liens qui les unissent tous les uns aux autres.

Alors vraiment, amis lecteurs, aller vite acheter ce livre, empruntez le, mais lisez le, à tout prix. Je ne peux que le conseiller.

dimanche 23 juillet 2017

L'enfant des Sortilèges - Ulrich Stalker


Présentation du livre :

Titre : L'enfant des Sortilèges
Date de Parution : 2017
Auteur : Ulrich Stalker
Édition : Librinova

Résumé :

L'éducation n'épargne pas les hommes de changer de trajectoire ! Quand Mathieu délaisse les livres et la musique pour se consacrer à la médecine, ne renonce-t-il pas à ses rêves ? C'est d'un sacrifice que l'homme devient homme.

Que va devenir son ami Marc-Antoine qui n'excelle pas dans la musique ? Ne risque-t-il pas de se brûler les ailes ? Pourquoi sa professeur de français Aude Clermont représente-t-elle aux yeux de Mathieu l'illumination balzacienne ?

Lors d'un dîner avec Audrey, il ignore que l'étudiante désire s'affranchir de son éducation parentale. Le soir où il fête son baccalauréat, pourquoi n'a-t-il pas séduit Cécile ? À vingt-six ans, il devient médecin généraliste...

Quand il ausculte et rédige les ordonnances, il découvre des vies. L'artiste peintre Bernard Morin va-t-il exposer dans des galeries ? Le fils d'une patiente va-t-il lire Alexandre Dumas ? Comment un communiste renie-t-il ses idéaux ?

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :

Tout d'abord un grand merci aux éditions Librinova de m'avoir envoyé cet ouvrage.

Par contre, je ne peux pas dire que j'ai été une grande fan de l'histoire. Pourquoi ? Je vous dis ça un peu plus bas.

Donc nous suivons l'histoire de Mathieu La Ferrière, de sa naissance en 1951 dans une librairie (ses parents tiennent une librairie dans Paris) jusqu'à l'année 1991.
Mathieu devient un mordu de lecture, mais s'enferme dedans, ne s'ouvre pas aux autres. De ce fait il en devient même dépressif, c'est grâce à son oncle qui l'oriente vers des études de médecine qu'il commencera à s'épanouir.
Mathieu deviendra donc médecin généraliste, commençant par des remplacements, pour finir par ouvrir son propre cabinet après avoir eu de l'expérience.

J'ai trouvé que l'auteur avait fait de son personnage quelqu'un de très fermé, de très cynique, aigri envers le monde, la mode et les gens qui l'entourent. N'étant pas de cette nature-là, je n'ai pas réussi à me projeter dans l'histoire, je n'ai pas été proche de Mathieu, ou même du récit.
Alors oui, Mathieu s'est épanoui dans son travail, mais sa nature dépressive est toujours présente.
Par exemple, Mathieu adore écouter de la musique classique, de préférence Beethoven (Ludwig Van Beethoven qui est cité mainte et mainte fois), mais qui va "dénigrer" ceux qui écoutent ou qui peuvent écouter les Rolling Stones (à titre d'exemple).
De ce fait je trouve qu'il n'a pas une ouverture d'esprit, il vit dans une autre ère.

Pareil, il va dialoguer avec des patients, des marchands, qu'il ne trouve pas cultivés, j'ai l'impression qu'il les prend de haut, j'apprécie juste le fait que ce genre de remarque se passe seulement dans sa tête.

Malgré tout, j'ai apprécié connaître la vie des personnages que l'ont rencontre au fil de l'histoire, savoir ce qu'ils sont devenus, autant Mathieu que son frère, son ami, et autres personnages.

samedi 1 juillet 2017

Follow Me Back - A.V. Geiger


Présentation du livre :

Titre : Follow Me Back
Date de Parution Française : 2017
Titre original : Follow Me Back
Date de Parution : 2017
Auteur : A.V. Geiger
Traduction : Frédérique Le Boucher
Édition : Collection R

Résumé :

Follow me. Love me. Hate me.
#EricThornObsessed

Tessa @Tessa❤Eric
L'agoraphobie de Tessa Hart l'empêche de sortir de sa chambre. Son seul moyen de s'évader : le fandom en ligne d'Eric Thorn, superstar pop-rock.
Quand il tweete, c'est comme s'il s'adressait directement à elle, comme s'il la comprenait ...

Eric @EricThorn
Eric Thorn dit à ses fans qu'il les aime toutes, mais c'est son équipe de com qui parle pour lui. En réalité, il est terrifié par cette adoration débordante. Surtout depuis qu'un autre jeune prodige de la chanson a été assassiné ...

Taylor @EricThorncr1
Pas de bio. Pas de photo de profil. Pas d'historique. Personne ne doit savoir qui se cache derrière le nom de Taylor, ni la raison secrète qui pousse ce hater à vouloir détruire la réputation d'Eric Thorn ...

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :
Pour moi, ce n'est pas un coup de cœur, ce livre est bien, très bien, mais il manque quelque chose, ou un je ne sais quoi.
L'histoire est là, bien tournée, vraiment j'ai beaucoup aimé.

Si on parle des personnages, Tessa, pour commencer, est une jeune fille devenue agoraphobe. On découvre petit à petit pourquoi elle est devenue comme ça.
Tessa est également une très grande fan d'Eric Thorn, chanteur et guitariste, la grande idole du moment. Elle le "follow" sur Twitter, et écrit même des fanfictions sur lui. Elle a même créé un hashtag qui fait le buzz.
Je me retrouve un peu dans Tessa, en dehors du fait elle soit agoraphobe, on se retrouve en elle dans le fait d'aimer quelqu'un de célèbre, de savoir ce qu'il fait, d'aimer voir les actualités et les photos.
Et qui, comme Tessa, n'a pas lié d'amitié sur un réseau social ?

Eric, la grande idole de la gente féminine (et oui seul 1 % du public masculin à acheté ses CDs, c'est Eric lui-même qui le dit).
Mais Eric est terrifié par tout ça. Terrifié par ses fans, terrifié de ce dont elles peuvent être capables. C'est vrai après tout, des folles furieuses prêtent à tout pour le rencontrer, ces filles qui s'inventent des histoires avec lui, ça a de quoi faire flipper.
Et de quoi a t-il envie lui ? D'être anonyme, être une personne normale, mais comment l'être ? Comment se confier alors que sa maison de disques, et même sa propre famille se servent de lui ? L’anonymat des réseau sociaux va le délivrer de tout ça.

Alors bien sûr, tout commence par la création du compte de Taylor, Eric Thorn a juste envie de se lâcher, de dire ce qu'il pense de ses fans. Il va "follow" Tessa et lui dire tout ça, mais au fur et à mesure de leur conversation, le ton devient plus sérieux, plus intime. Ils apprennent à se connaître et se confient l'un à l'autre.

Malgré cette histoire en surface, mignonnette, avec de la romance, un sujet plus profond fait surface.
On parle donc des fans complètement folles, prête à tout pour approcher de leur idole. C'est vrai qu'à leur place, on flipperait aussi. Faut quand même savoir que ces personnes sont des être humains. J'ai aimé cet aspect-là dans le livre.
Mais le harcèlement tout court est le sujet de ce livre. On y voit les répercussions que ça a sur la vie des gens. J'ai trouvé cette facette très intéressante.

Le sujet de l'agoraphobie qui n'est pas très souvent soulevé dans les livres. Comment ça peut arriver. Ce que ça fait à la personne concernée. Et comment l'entourage peut le vivre. Je pense qu'on arrive à se mettre à la place de la personne, et combien cela doit être très dur à vivre.

Donc, non, ce livre n'est pas un coup de cœur, mais malgré tout je l'ai beaucoup aimé. Il est réellement addictif. Même si certains passages sont prévisibles, on a envie de lire la suite. Et pour preuve, j'ai fini "Follow Me Back" en à peine 3 jours (en ne lisant que le soir).
Un tome 2 doit être en cours car vu la fin de ce livre ...ça ne peut pas en être autrement ! Et j'ai quand même hâte de connaître la suite pour savoir si ce que je pense est vrai !
Vous me direz pour vous et vos impressions.

Donc si vous aimez bien ce genre d'histoire, de la romance avec un soupçon de thriller (?) cet ouvrage est pour vous !

Vous l'avez lu ? Vous allez le lire ? Vous en pensez quoi ? Dites moi tout.

Bonne lecture à vous.

mardi 13 juin 2017

The Bad Angel : Tome 1, Par Amour - Marina Molineris


Présentation du livre :

Titre : The Bad Angel - Tome 1 : Par Amour
Date de Parution Française : 2017
Auteur : Marina Molineris
Édition : Les Editions Amalthée

Résumé :

"Je ne sais pas pourquoi mais Aurore pense à quelque chose d'étrange, qui se produirait aujourd'hui mais surtout dans ma vie, alors à force, je commence à penser, moi aussi et à douter de cette journée, ce samedi 14 juin 1952. Ce petit village d'Angeleia, coincé dans les Alpes Françaises allait-il être un lieu de magie et de miracles ?"
                                                                                                               Extrait du journal de Constance




Constance, une jeune femme jusque-là ordinaire, voit sa vie basculer le jour où elle rencontre le mystérieux Neven, énigmatique et charmant. Elle tombe immédiatement sous son charme.

Mais le jeune homme cache un terrible secret : il n'est pas humain ! Constance  se retrouve alors projetée dans une redoutable guerre entre la Frontière Blanche, le pays des anges bons, et la Frontière Rouge, les pays des anges malfaisants. Pourchassée par la mort et les ténèbres, elle est prête à tout pour sauver son amour.

Mais quel en sera le prix ? Quelle Frontière vaincra . La Frontière de la Paix ou la Frontière de la Violence ?

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :

C'est donc le tout premier roman de cette nouvelle auteure, Marina Molineris, qui a 14 ans. Franchement rien que pour ça j'applaudis parce que tout le monde n'arrive pas à publier son roman aussi vite, surtout qu'il s'agit du tome 1 de la saga "The Bad Angel" et 6 tomes sont au rendez-vous.

J'ai pas mal aimé l'histoire, malgré quelques petites choses qui m'ont dérangées. Des passages qui vont un peu trop vite à mon goût, des passages qui devraient avoir un peu plus de corps, plus de descriptions, des passages où l'on devrait aller un peu plus en profondeur.
D'autres petites choses m'ont fait tiquer, mais j'ai eu la chance de correspondre avec Marina et de lui en parler, comme le fait d'avoir le point de vue interchangeable des personnages dans le même chapitre, et c'était quelque chose de voulu par l'auteure.

Après, comme vous le savez, moi et les héroïnes de roman, c'est une guerre, c'est rare que je les apprécie, et ce n'est pas une exception. Je vous promets, je ne sais pas pourquoi je ne les aime pas, mais ici, Constance est .... eh bien ... naïve, elle ne faisait pas grand chose (à part à la fin ! houlà ! je ne vous en dis pas plus sinon SPOIL !), et passait son temps à dormir (mais pour le coup, j'avoue ce n'était pas forcément de sa faute, j'en conviens avec ce qui lui arrive, et peut être que je suis un peu jalouse sachant que je suis épuisée !), et son attitude parfois gamine. Mais j'espère que par la suite, dans les prochains tomes, elle sera bien plus débrouillarde. Son histoire, par contre, est assez intéressante et j'espère pouvoir me pencher un peu plus dessus par la suite.

Neven, l'autre personnage principal de cette saga, vous l'aurez bien compris est un ange, mais attention pas n'importe qui ! Non non, et on le sait vers le milieu du livre je crois. Et ne pensez pas non plus qu'il s'agit d'un ange en couche culotte du type de Cupidon, il a quand même un peu plus de classe.

Sinon j'ai bien aimé l'histoire de la meilleure amie de Constance, Aurore, mais j'espère que par la suite, on en saura plus sur elle, sur sa famille et leurs pouvoirs, c'est justement là-dessus que j'aimerai avoir tous les détails entre autre.
Est-ce que je peux dire que j'ai bien aimé le côté malsain d'Angéline ? Très immature, certes, j'en conviens, mais ... elle est mauvaiiiiiiiise jusqu'au bout des ailes. 

Ce que je trouve formidable, c'est d'avoir réussi à créer tout un univers, avec des créatures surnaturelles que l'auteure a réussi à mélanger, à se les approprier. On parle ici d'Anges, d'Humains bien entendu, de Fées également, d'Elfes ....... On sent le travail, les recherches derrière cette œuvre.

Alors à part quelques maladresses, qui, je pense, vont vite s'effacer avec le temps, Marina Molineris nous signe un bon début de saga. Je pense que se serait plus un livre pour jeunes ados /ados, mais c'est assez rafraîchissant de lire ce genre de livre et je me ferai un plaisir d'en lire la suite dès que celle-ci sera disponible.

jeudi 1 juin 2017

The Book Of Ivy - Amy Engel

Présentation du livre :

Titre : The Book of Ivy
Date de Parution Française : 2015 (Lumen) 2016 (PKJ)
Titre original : The Book of Ivy
Date de Parution : 2014
Auteur : Amy Engel
Traduction : Anaïs Goacolou
Édition : Lumen / PKJ

Résumé :

Je m'appelle Ivy Westall, et je n'ai qu'une seule mission : tuer le garçon qu'on me destine, Bishop, le fils du président. Je me prépare pour ce moment depuis toujours.
Peu importe mes sentiments, mes désirs, mes doutes, car les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche ...

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :

Ce livre n'est peut-être pas un coup de cœur, mais vraiment, il s'en approche fortement.
J'ai dû lire ce livre en 2 après-midi je crois et en période de vacances donc 2 après-midi intensifs. Bref, au début je me suis dit que ce livre me faisait penser à "Divergente" à cause de la "Barrière" mais en fait non pas du tout. Le monde Post-Apocalyptique pourrait faire penser à "Hunger Games" mais non plus, Amy Engel a su créer son propre univers.

Je trouve qu'on rentre assez vite dans l'histoire et je ne me suis pas du tout ennuyée tout du long.
Déjà, il faut comprendre comment marche ce nouveau monde, le système, les mariages forcés.

Ivy fait partie d'une des familles fondatrice de la ville qu'elle habite, et elle doit se marier à Bishop, le fils de l'actuel président, et comme on peut s'en douter ces deux familles se détestent (Roméo et Juliette ?). Et donc depuis petite fille, elle entend son père et sa sœur qui vouent une haine absolue à l'autre camps, mais au fil des pages justement, on découvre une nouvelle Ivy, une Ivy qui grandit, une Ivy avec ses idées bien à elle, avec ses propres sentiments.

L'action est là, du début à la fin, je vous promets que si vous ne l'avez pas encore lu vous allez être submergé et n'aller pas voir le temps passer tellement vous rentrez facilement dedans.

Comme vous le savez, si vous lisez mes chroniques, je ne suis pas une fana des filles nunuches dans les livres, elles sont insupportables. Et comment vous dire que j'ai adoré Ivy ? C'est une fille forte, certes naïve, mais elle l'est de moins en moins au fil du temps. Je l'ai trouvé attachante et on pourrait presque se mettre à sa place (si on oublie le fait qu'elle doit tuer celui qu'elle a épousé, car c'est la mission que son père et sa sœur lui ont confié).

Bishop est juste adorable ! On pourrait presque dire un gentleman au vu de la période et des circonstances. Je l'ai beaucoup apprécié, surtout que comme Ivy, il sort de la route déjà tracé pour lui. Lui autant qu'Ivy ne sont des stéréotypes, d'aucune sorte.

Les autres personnages sont assez détestables, mais on aime les détester, c'est bien ça le souci. Bon, quand même, j'exagère, pas tous. Certains sont gentils, Victoria ou David peut-être ? En tout cas l'auteur a su me transporter et a su donner une personnalité bien différente à chacun de ses personnages.

Et comment vous dire que la fin de ce tome 1 est juste horrible ? Non mais vraiment ! Se dire qu'on laisse cet univers comme ça, les personnages, sans savoir ce qu'ils vont devenir ! Il me tarde d'avoir le tome 2 entre les mains afin de pouvoir le lire et de connaître la suite.

Alors petit conseil d'amie .... Si vous allez acheter le tome 1 .... achetez directement la suite, n'attendez pas vous ne serez pas déçu(e)s ! 

vendredi 12 mai 2017

Génération K - Marine Carteron


Présentation du livre :
Titre : Génération K
Date de Parution Française : 2016
Auteur : Marine Carteron
Édition : Rouergue

Résumé :
 
Kassandre, Georges et Mina.
Trois jeunes que tout oppose mais aux destins liés.
Séparés par leur naissance et leur milieu social, ils ont en commun un ADN unique à l'origine de leurs pouvoirs.
Un ADN qui attise bien des convoitises et va les obliger à fuir pour sauver leur vie.
Ka l'aristocrate, Mina la fille domestique et Georges le fils de personne ne le savent pas encore mais ils ne sont pas seuls.
Ils sont la génération K. 

                                                                            -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ce que j'en pense :

Eh bien, ce n'est pas un coup de cœur, c'est un livre que j'ai lu, je n'ai ni détesté ni vraiment aimé non plus. C'est assez complexe.
L'histoire est intéressante, c'est pourquoi je l'ai lu et fini, et comme il s'agit d'une trilogie, je lirais également la suite (en plus, j'ai déjà le tome 2). Bref, j'aime assez l'histoire, l'univers, mais je trouve que le récit manque de piquant, je veux dire par là que je trouve l'histoire très longue, j'ai l'impression que tout le tome 1 est la mise en place du scénario pour les tomes futurs.
Dès qu'il y avait une réelle action, je trouvais que ça n'allait pas assez en profondeur, ça ne m'a pas transporté comme ça aurait dû. 

J'aime beaucoup Georges et son pouvoir, comment il le décrit, comment son pouvoir fonctionne, comment il est "personnifié", c'est l'un des personnages principaux et que je trouve le plus "normal", il a une vie malheureuse, pourrie et forcément, il finit mal. Mais malgré ça, au final, il est loyal dans sa conduite.

Kassandre est .... antipathique ! Je suis désolée, mais une aristo tatouée, métaleuse qui se rebelle contre ses parents et contre tous sauf sa meilleure amie .... je n'ai pas accrochée ! Et je n'ai rien contre ceux qui écoute cette musique (je l'écoute moi-même haha) c'est juste que je n'accroche pas à ce genre de personnalité. Je l'ai trouvé gamine, même si ok, elle est encore une ado.

Mina est la meilleure amie en question de Kassandre, elles sont limite sœurs.
Mina est très très discrète. On suit son parcours par rapport à son journal intime, alors que pour les deux autres, il s'agit de leurs actions "directes". Par contre, je trouve que son pouvoir est assez intéressant pour le coup.
Et j'espère sincèrement que pour les prochains tomes, elle va s'imposer un peu plus que dans celui-là.

Vous l'avez lu vous ? Vous en avez pensé quoi ?
Je vous souhaite une très bonne lecture dans tous les cas.